LE FORUM NON-OFFICIEL DE LA BELLE VIRGINIE EFIRA


 
Accueillivre d'orPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CENTREPRESEE.FR 11/01/2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sylvie95210

avatar

Féminin Nombre de messages : 461
Age : 58
Localisation : saaint gratien
Date d'inscription : 23/02/2009

MessageSujet: CENTREPRESEE.FR 11/01/2016   Lun 11 Jan 2016 - 19:45


Très copines dans la vie, Virginie Efira et Géraldine Nakache se donnent la réplique dans le nouveau film de Marion Vernoux "Et ta soeur".
Géraldine Nakache, Virgine Efira et Grégoire Ludig, dans une belle comédie romantique.
Géraldine Nakache, Virgine Efira et Grégoire Ludig, dans une belle comédie romantique.
(Photo D. Manin/Les Lilms du Kiosque)

Elles n'ont pas la même façon de se rassurer. L'une, blonde, demande à aller fumer une cigarette avant l'entretien et réclame régulièrement des précisions sur les questions pour être certaine de la justesse de sa réponse. L'autre, brune, a amené sa coiffeuse, son maquilleur et a revêtu une robe de couturier. Mais elle est tout aussi concentrée, précise et cordiale. Dans la vie, Virginie Efira et Géraldine Nakache sont amies depuis longtemps. Dans le nouveau film de Marion Vernoux, remake de « Ma meilleure amie, sa soeur et moi » avec Emily Blunt, elles sont soeurs.



Géraldine Nakache: « Ce que j'aime dans la version de Marion, c'est qu'il y est davantage question de la famille, de la culpabilité d'être jaloux de sa soeur, de trouver sa place dans une famille, ce que c'est que d'être une cadette. »

Votre frère, Olivier Nakache (*), vous étouffe?

G. N.: « C'est différent: dans le film, nous sommes demi-soeurs et elle a couché avec la personne que j'aime, ce qui ne peut pas arriver avec Olivier... Ou alors il y a un truc qui m'a échappé (rire). Enfin, un grand frère... c'est un grand frère: je l'admire énormément, je l'aime. Mais c'est vrai qu'il peut y avoir une forme d'étouffement: je veux lui ressembler et en même temps je lui dis "Laisse moi un peu de place, même des miettes". »

Virginie, Marion Vernoux dit que vous posez beaucoup de questions sur le plateau, c'est par manque d'assurance?

Virginie Efira: « Ça dépend des films. Sur Caprice d'Emmanuel Mouret, je ne comprenais pas bien ce que mon personnage faisait, mais ça m'allait très bien. Mais en l'occurrence, j'avais besoin de comprendre des choses pour construire mon personnage dans les détails car il y avait des moments d'improvisation. Par exemple, le fait qu'elle ait des intolérances alimentaires ne me semblait pas cohérent avec mon physique
. En règle générale, dans la vie j'ai la volonté de toujours vouloir tout comprendre. Alors, forcément, j'ai une passion pour l'abandon, pour l'ivresse, ces moments où le cerveau n'est plus en mouvement, où le coeur et l'instinct guident. Pour ça, à une époque, j'aimais bien boire et puis on se dit qu'on ne va pas faire ça toute sa vie, c'est pas un métier! (rire) »

En parlant de votre physique, après "Le Goût des merveilles" où il était question de vos fesses, c'est encore le cas ici: qu'est-ce qui se passe?

V. E.: « J'ai fait mettre une clause dans mon contrat: je refuse tout film qui ne parle pas de mon cul (rire). Non, je n'en sais rien! »
G. N.: « Mais vous avez vu qu'elle est "gaulée" comme personne! Faut comprendre aussi! »

Justement, Marion Vernoux vous a filmées de manière très sexuée l'une et l'autre. C'est rassurant que ce soit fait par une femme?

G. N.: « En ce qui me concerne, c'est la première fois que je décèle chez moi une féminité à l'écran. Mais pendant le tournage, je ne me rendais pas compte qu'elle allait montrer ça, je ne voyais pas où elle cadrait. Mais je la remercie parce que c'est un truc compliqué le corps pour moi. Ça me flatte d'autant plus de voir que je peux être sexy avec des lunettes et un gros pull, que c'est ce que je porte dans la vie. Pendant longtemps, je n'assumais pas le fait d'être actrice, voire d'être une "gonzesse". Aujourd'hui je me sens femme. »
V. E.: « La nudité, la sexualité, ça n'a rien d'avilissant. C'est le regard qu'on porte là-dessus qui peut l'être. Et puis quand on fait un film, on s'abandonne au regard de quelqu'un. »

Avez-vous le sentiment que votre évolution personnelle aurait été différente si vous n'aviez pas été actrices?

G. N.: « Comme je n'ai joué ni La Môme ni Rain Man, je n'ai pas le sentiment d'avoir vécu plein de vies très éloignées de ce que je suis. Mais comme on aspire tous à s'élever je crois, nous avons peut-être davantage la chance de faire des rencontres qui tirent vers le haut. »
V. E.: « C'est vrai que ça nous fait toucher, de façon instinctive et en accéléré, ce qui construit l'âme humaine. Ce métier permet de mieux comprendre ce truc un peu étrange qui est: être soi. Il arrive quand on joue un personnage qu'on se dise: "Tiens, il y a ça à l'intérieur de moi aussi!" Une part plus douce, plus monstrueuse, etc. C'est comme si ça ouvrait. On cherche toujours des liens entre nous et le personnage. Et puis c'est un moyen merveilleux pour les grands timides, dont je fais partie, de rencontrer l'autre sans être obligé de parler de soi. »

Vous? Timide?

V. E.: « Oh! Oui! »


(*) Réalisateur, Olivier Nakache a entre autres signé, avec Eric Toledano, « Intouchables ».

en savoir plus"Et ta soeur": une comédie drôle et sexyPierrick (Grégoire Lugig) a perdu son frère et s'en remet mal. Il boit trop, foire un peu tout ce qu'il fait. Tessa (Géraldine Nakache), qui sortait avec le défunt, l'envoie dans la maison de son père sur une île bretonne. Au bout d'un long périple (vélo-bac-vélo) sous la pluie, il arrive à destination en pleine nuit pour tomber sur Marie (Virginie Efira), la demi-soeur de Tessa. Elle essaie de se remettre de l'échec d'une liaison de sept ans avec sa petite amie.
De confidences en excès de vodka, ils finissent dans le même lit. Le lendemain, Tessa déboule pour avouer à Pierrick qu'elle est amoureuse de lui. Dans cette maison atypique, ouverte sur la mer, trois « cabossés » se retrouvent, encombrés par des secrets. Lui, c'est le genre à courir avec un short à smiley et un baladeur à laser; Marie fait du yoga en fumant et se dit intolérante au beurre; Tessa (d'après Pierrick) est attirée par les mecs à frange qui raffolent de l'" happy-hour ".

Marion Vernoux n'a pas notablement chamboulé le scénario de Lynn Shelton. Les points forts de "Et ta soeur" on les trouve dans des dialogues très drôles et dans l'amour qu'elle met à filmer sa petite troupe. Une petite troupe qui fonctionne d'ailleurs au cordeau. Et puis la cinéaste a un indéniable talent pour rendre très sexy ceux qu'elle filme.
Il suffit, pour s'en convaincre, de se souvenir de son couple très sexué Fanny Ardant - Laurent Lafitte dans "Les Beaux jours". On rit souvent, on est attendri, on irait bien manger, avec eux, leurs pancakes pourtant visiblement immangeables.

« Et ta soeur » - 1h35 - mercredi 13 janvier.
Propos recueillis par Jacques Brinaire




Revenir en haut Aller en bas
 
CENTREPRESEE.FR 11/01/2016
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOSEPH KABILA PREPARE DEJA SON 3 eme MANDAT 2016-2021
» La bande des 700 MHz attribuée aux télcos en 2016
» [Rumeur après 2016] Avatar arrivera-t-il à Disneyland Paris ?
» Alice de l'Autre côté du Miroir - 1er juin 2016
» Leatherface (2016,Alexandre Bustillo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE FORUM NON-OFFICIEL DE LA BELLE VIRGINIE EFIRA :: Biographie, Filmographie, Dossiers de presse :: Presse-
Sauter vers: